header001
header002
header003
header004
header005
header006
header007
header008
header009
header010

Il retourne à la fac et écrit une thèse sur la meule du Moulin

Publié le 25/02/2018 sur La Depêche.fr

L'ancien grainetier et fleuriste muretain est retourné sur les bancs de la faculté : «Je souhaitais faire une licence et un master à l'université Jean Jaurès, par goût, envie d'apprendre et changer de vie.»

Pierre Caussade s'est ainsi lancé sur un nouveau chemin de vie. «Au départ, j'avais un intérêt tout particulier pour la préhistoire puis j'ai bifurqué vers l'antiquité» explique-t-il. «J'ai dirigé mon master vers «Les meules romaines de la Gaule dans le sud-ouest.» J'ai ainsi suivi mon directeur de thèse à Bordeaux, au laboratoire Ausonius à l'Université Montaigne».

L'objectif du chercheur : Faire une thèse de doctorat sur les meules rotatives. «J'ai repéré le site du musée et vu la photo de la meule du moulin. Je suis donc venu ici l'étudier pour l'ajouter à mon corpus de meules.» Indique-t-il aussi.
«De la fabrication à l'utilisation»
Accédez à 100% des articles locaux à partir d'1€/mois

C'est ainsi que l'étudiant est venu au musée d'Auterive pour en savoir plus sur ce vestige. Pierre Caussade a, lors de ses études, recensé 600 meules dans le grand Sud-Ouest : «Typologie, technologie, matériel de fabrication, commercialisation... «Bref, de la fabrication à l'utilisation, j'ai voulu tout savoir» explique-t-il.

«Cette meule correspond à une série de meules fabriquées dans le Tarn, à partir d'une grande carrière. L'intérêt de cette pièce-là est qu'elle est en deux parties, une dormante et une tournante. Cette meule appariée du 1er siècle avant JC et le 1er après est très rare. Je suis ravi d'être ici à la rencontre de cet objet, non seulement j'apprends beaucoup de choses mais en plus j'ai rencontré des gens très sympas (NDLR : Les responsables du musée). Bref, d'une pierre deux coups ou plutôt d'une pierre deux meules !
La Dépêche du Midi

201802250960-full